International

SYRIE : pourquoi Poutine continue-t-il à soutenir le régime d’assad ?

La guerre civile syrienne est un conflit syrien en cours depuis 2011 en Syrie. Elle débute dans le contexte du Printemps arabe par des manifestations majoritairement pacifiques en faveur de la démocratie contre le régime baasiste dirigé par le président Bachar El-Assad. Réprimé brutalement par le régime, le mouvement de contestation se transforme peu à peu en une rébellion armée. Très vite, ces contestations internes se transformeront en un conflit international qui mettra sur la scènedes puissances militaires régionales et internationales dont la Russie de Vladmir Poutine.

Les buts poursuivis par M. Poutine étaient en effet : 1) stabiliser le régime Assad en passe de s’effondrer avant son intervention, 2) rendre à la Russie son ancienne position d’acteur majeur sur la scène internationale et d’intermédiaire indispensable au Proche-Orient, 3) rompre ainsi avec l’isolement dû aux sanctions à la suite de l’annexion de la Crimée et de la guerre dans l’est de l’Ukraine. Les deux premiers objectifs ont été atteints. Poutine, qui se prépare l’an prochain à une élection présidentielle, sait que toute prolongation de la guerre en Syrie risque d’être mal perçue par sa population. (20 % des Russes pensent aujourd’hui que l’engagement militaire de leur pays en Syrie n’a aucun sens.

Malgré cet objectif politique, la Russie a continué à aider le régime à bombarder les positions rebelles dans la région d’Idlib, mais aussi dans la banlieue de Damas, dans le sud de la Syrie et dans la région de Hama.C’est ce qui fait dire à certains analystes russes que plus la Russie soutient Assad, plus elle dépend de lui. Il est clair en effet que la Russie n’est pas en mesure d’imposer sa volonté au régime Assad, notamment parce qu’elle se heurte à l’Iran dont les objectifs ne sont pas les mêmes. À Genève, la Russie n’a pas obtenu la moindre concession de Bachar Al-Assad, qui n’entend pas se retirer à l’issue du processus de transition. La Russie, qu’on avait pu croire plus flexible il y a quelques mois, semble aujourd’hui défendre elle aussi cette ligne.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :